Filtre à particules
22 février 2016 Actualités 8 Comments

Le filtre à particuleS (fap) a été pour la première fois monté sur un véhicule de série en 2000 sur la nouvelle 607 de Peugeot. Il est devenu obligatoire au 1er janvier 2011 avec la norme Euro 5. Son but est de diminuer les émissions polluantes et de filtrer les fines particules cancérigènes. Etudié au démarrage pour les véhicules Diesel, il est dorénavant monté sur tous les types de moteurs.

Comment ça marche

La capture des particules dans le filtre est obtenue par filtration. L’accumulation des particules conduit à la formation d’une couche de suie sur les parois qui, dans un premier temps, améliore l’efficacité de la filtration (presque 100 % en masse des particules peuvent être collectées dans le filtre). Cependant, cette couche poreuse augmente fortement la pression imposée dans le pot d’échappement. Ceci a tendance à nuire au bon fonctionnement du moteur entraînant notamment une perte de sa puissance. Un nettoyage (ou régénération) du dispositif devient alors indispensable de manière plus ou moins régulièrement et suivant le type de conduite.

Les différentes régénérations de filtres à particules

Plusieurs méthodes de régénération ont été envisagées, la plus classique est basée sur la combustion des suies par une élévation de la température des gaz d’échappement à l’entrée du filtre à particules. Cette opération nécessite la présence d’une catalyse. Les moteurs Diesel récents (notamment common rail) permettent de contrôler finement la quantité de carburant injectée ainsi que le moment de l’injection: pré-injection, injection principale et post-injection. Cette dernière aide à la régénération du filtre en envoyant une grande quantité de gazole imbrûlé dans le catalyseur où il va s’enflammer, afin d’élever de façon significative la température (de l’ordre de plus de 600 °) des gaz d’échappement pour activer l’oxydation des suies piégées dans le filtre.
Certains modèles de filtres à particules, notamment ceux du groupe PSA, nécessitent l’ajout d’un additif catalyseur dans le carburant (appeler Sirine) afin d’abaisser la température de combustion des suies contenues dans le filtre pour faciliter la régénération de ce dernier. Pour les autres constructeurs, ils ont dû étudier d’autres procédés, avec l’introduction de métaux précieux (Platine, ..) déposés directement dans le pain du filtre. La température de combustion des suies non aditivées étant plus élevée, la régénération du filtre est plus difficile, surtout lorsque le véhicule ne circule qu’en ville.

Entretenir le filtre à particules de son véhicule

Prévu sur les premiers modèles pour une durée de vie de 80 000 Km, aujourd’hui, certains constructeurs vont jusqu’à garantir à vie leurs filtres à particules. Mais l’entretien du filtre est indispensable pour éviter les problèmes onéreux tel que son changement.

Comment entretenir?

Durant le roulage, ces régénérations sont invisibles pour le conducteur. On appelle cela les « régénérations passives ». Le calculateur, après des prises de mesures de taux de suie et/ou des taux d’encrassement, et de pression différentielle dans le filtre à particule lance de lui-même une régénération. Mais attention, ces actions ne peuvent se faire que dans certaines conditions de roulage type trajet d’autoroute ou trajet à vitesse constante. Conséquences, les véhicules qui effectuent surtout des trajets urbain subissent souvent des problèmes de filtre qui se traduisent par des problèmes de voyants allumés , perte de puissance voire même un arrêt du véhicule.

La régénération active

Pour pallier les problèmes de régénérations passives et les problèmes d’encrassement récurrent, les constructeurs permettent via les valises de diagnostic de lancer une régénération active. Pendant cette opération, on fait monter artificiellement en température le filtre à particule pour faire une régénération qui va permettre d’évacuer tous les dépôts calamineux. Cette opération durent environ 45 minutes et cela permet de retrouver un fonctionnement presque normale.

Les traitements avec Hy-Calamine

Hy-Calamine est une station de décalaminage à l’hydrogène qui permet une régénération active du filtre. Résultat, les dépôts de suie (calamine) sont désagrégés et le FAP est complètement vidé. Ce vidage permet et une meilleur dissolution des particules, et d’espacer les fréquences de régénération passive.